LA CORDILLERA DARWIN
Inexplorée, vraiment ?
Terrain et climat Histoire Bibliographie Situation
Inexploré... Un terme qui laisse rêveur. Comment affirmer aujourd'hui qu'un territoire est encore inexploré ? Avec nos satellites qui vadrouillent un peu partout, des siècles d'histoire d'exploration et une idée générale que tout à été fait !

Pourtant, nous avons décidé d'affirmer que cette terre où nous allons est encore inexplorée.

En premier, nous parlons bien d'un territoire inexploré, pas d'un territoire inconnu. La nuance est importante. Aujourd'hui, sur terre -je veux dire à ciel ouvert et non dans des cavités ou des fonds marins- tout le relief est connu. Nous savons où se trouve quoi, montagnes, îles, déserts, ... La carte du monde est claire et je pense, peu remise en doute. Bien. Sauf que savoir qu'une terre existe, en avoir une image aérienne ou par satellite ne veut pas dire que quelqu'un s'y est déjà rendu ! Or, si personne ne doute de l'existence de la Cordillera Darwin, si nous en possédons des photographies aériennes fort bien faites, il semble bien que personne ne se soit encore rendu au centre de ces montagnes. Ensuite, nous n'affirmons pas que personne ne s'est rendu en Cordillera Darwin, loin s'en faut, mais bel et bien que le centre de ces montagnes, soit environ 150km sur 50km sont inexplorés. .

Durant quatre ans, nous avons cherché tout azimut, lancé des appels à un grand nombre de clubs alpins dans le monde, du Japon à l'Italie, de la Nouvelle-Zélande à l'Espagne, nous avons creusé les archives et interrogé la plupart des personnes en vie ayant eu un rapport avec la Cordillera Darwin, afin de dresser un bilan des expéditions et explorations réalisées dans la région de la Terre de Feu. (Voir la Chronologie des expéditions) Nous n'avons trouvé aucune indication d'une expédition menée au centre des montagnes, entre le Mt Shipton et le cordon Navaro, proche du Mt Sarmiento (voir la carte de situation)

Mais bien entendu, cela n'est pas suffisant. Il faut se poser la question différemment.

La découverte de la Terre de Feu est assez récente. Ce n'est qu'en 1520 que Magellan trouve le détroit qui porte son nom et il faudra attendre 1830 pour que le canal de Beagle soit découvert et avec lui la réalité de la Cordillera Darwin. Avant cette date, les très rares personnes étant passées dans cette région avaient bien d'autres préoccupations.

Viennent alors deux événements importants. L'année hydrographique Internationale des années 1870 et l'Himalaya. La première fait que les personnes qui se baladent dans le Grand Sud y sont pour la science et la seconde que les velléités des pays, et des alpinistes, se tournent vers la très haute altitude. Sauf pour quelques purs passionnés, durant près de 100 ans, seul l'Himalaya semble avoir grâce aux yeux des grimpeurs. La Cordillera Darwin n'intéresse alors personne, ou presque, d'autant qu'elle a trois arguments phares pour éviter que l'on s'intéresse à elle : sa faible hauteur, sa difficulté d'accès et surtout son climat, plus que rébarbatif.

Ainsi, toutes les tentatives connues depuis le début du 20ème siècle se contiendront dans les parties Est et Ouest, les plus accessibles.

Aujourd'hui, les grimpeurs du monde entier se tournent vers de nouveaux objectifs, dont la Cordillera Darwin. Mais depuis les années cinquante, tout les mouvements de bateaux sont suivis et connus, et les alpinistes s'attaquant à ce genre de difficulté ont tendance à l'annoncer, au moins aux clubs alpins, à l'Alpine Journal anglais ou américain ou à des magazines de montagne.

Restent les Yamanas, le fameux peuple des canaux qui vivait autour de la Cordillera Darwin, dans les fjords. Ils étaient robustes et sans cesse au pied des montagnes. Pourtant, je ne pense pas qu'ils aient tenté quelque chose. Bêtement parce qu'ils avaient autre chose à faire et le temps étaient occupé à se nourrir ou maintenir le feu, mais aussi parce que ces montagnes étaient le domaine d'une forme de divinité pour eux. Le Dieu Mwono de la montagne et des tempêtes y avait élu domicile. Et l'on ne va que rarement défier les Dieux. Enfin, rien, ni dans leur vocabulaire, ni dans leurs légendes et récits n'indiquent qu'ils se sont intéressés à la montagne où qu'un téméraire s'y soit attaqué.

Au bout du compte, pour que des andinistes s'y soient rendus sans que personne ne le sache, ils auraient dû louer un bateau, et cela se saurait ou en posséder un et être de bon alpinistes en plus de bon marins. Y être allé avant les années cinquante, puisque depuis la toile d'araignée des radios militaires repère tout mouvement nautique, prend contact et le signale. Il aurait pratiquement aussi fallu qu'ils ne demandent des renseignements à personne, qu'ils ne s'annoncent nulle part, qu'ils soient discrets comme un agent secret Bref, qu'ils aient tout fait pour que personne ne connaisse leur passage ! A quoi bon ?

Cela dit, si de telles personnes ont existé, je suis persuadé qu'elles me pardonneront de les avoir oubliées...

Alors, Inexploré le centre de la Cordillera Darwin ? Sans doute, malgré le fait qu'il restera toujours "Le" pour-cent de doute. Mais quoi qu'il en soit, cette partie est bien plus inexplorée que tous ces territoires que nous, européens, avons découvert et déclaré comme inexploré jusque là... Bien que des hommes y vivaient depuis des siècles !!! Alors au fait, cela veut dire quoi, Inexploré ? tout est tellement relatif !!

Christian Clot.