LES CINQ DEFIS DE L'EXPEDITION : L'EXPLORATION
Traversée d'exploration :
En BLEU : Trajet pensé et idéal.
En ROUGE : Trajet effectué par Christian Clot et les deux sommets gravits
En JAUNE : Trajet de la tentative par le Sud, avortée en raison des glaces.
ZONE MARRON : Zone des expéditions de 2004 et mars 2006 avec Karine Meuzard, Raphael ESCOFFIER et les scientifiques.
ZONE VIOLETTE : Zone jusque là considérée comme inexplorée.
Dernier camp le plus à l'Ouest : W 070°11.484 / S 54°37.601

Point atteint le plus à l'Ouest : W 070°10.937 / S 54°37.059

En dehors des fonds marins et de la croûte terrestre, il semble que notre monde soit connu et cartographié. Il reste pourtant encore quelques zones à ciel ouvert non cartographiées où l'homme n'a pas encore posé les pieds. La Cordillera Darwin en fait partie !

Personne n'avait encore été dans sa partie centrale, entre les Mont Shipton et Sarmiento, soit une distance de 150km pour 60km de large. Effectuer une boucle dans cette partie a permit a Christian Cklot d'être le premier à pénétrer dans ces terres, le premiers à le explorer !

Evoluer dans ces terres inconnues, sans carte ni information a nécessité un long travail d'observation et souvent beaucoup de retour sur ses pas. Pour 1km parcouru, c'est souvent 3 à 4 km réellement effectués.

Il faut accepter ces nombreux tâtonnements, ces erreurs de route répétitives si l'on veut arriver au but.

L'exploration est une école de la patience et de l'abnégation.

Imaginaire et réalité

L’imagination a une part importante dans les expéditions d’exploration. Moteur de bien des envies, elle apporte parfois presque une connaissance préalable du lieu. Que ce soit sous forme de rêve ou de mythe, l’homme prend appui sur elle pour se confronter à l’inconnu. L’action de imagination et ce qu’elle engendre dans la confrontation avec la réalité d’un terrain est un autre aspect de l’exploration, plus intérieur et psychologique !