CAPACITE D'ADAPTATION : notre cerveau en question

  Mieux comprendre nos capacités d’adaptation, de gestion des situations complexes, changeantes et/ou à risque au travers d'une meilleure compréhension de nos capacités corticales et physiologiques, dans toutes les conditions...
 
 
 

Adaptation et capacité d'adaptation.

Aujourd’hui, la capacité d’adaptation de l’homme est une donnée très importante de notre capacité de résister aux changements futurs. Une capacité qui vient, en grande partie, par nos capacités corticales. Hors, le cerveau humain est l’une des grandes explorations du XXIe siècle, tant il reste encore, pour une très grande part, inconnu. Plus encore lorsqu’il s’agit de situations réelles, In Situ, durant les moments les plus difficiles. Comment étudier un humain durant un temps de crise ? Comment mieux comprendre comment nous prenons nos décisions, comment œuvre notre « sixième sens », nos facultés adaptatives lorsque des situations complexes surviennent ?

  Cerveau  
   durant une expédition au Spitzberg  

Des travaux sur le terrain, pour comprendre le réel.

Lors de certaines de mes expéditions dans des conditions extrêmes qui ne se sont pas déroulées comme prévu, j’ai eu l’occasion « d’observer » des personnes en situations difficiles, ainsi que mes propres réactions. Les réactions, décisions et autres m’ont parfois surpris, et j’ai approché des spécialistes des notions corticales pour essayer de mieux comprendre ces différentes notions. Nous avons alors monté un programme d’étude In Situ pour mieux comprendre ces facultés non pas dans un laboratoire aseptisé, sur des animaux ou lors de compte-rendu une fois les situations terminées, mais bien sur des humains, durant les expéditions en conditions extrêmes et donc complexes, sur le terrain.


 
 
 

Ces travaux ont commencé en 2006 avec la MSHN (Maison des sciences de l’Homme Paris Nord) et l’Université Paris 13, sous l’égide de Cécile Vallet, et vont se poursuivre pour les années à venir avec des équipes du Laboratoire de Science Cognitive de l’Ecole Normale Supérieur, de l’INSERM, de l’IME et d’autres. Un institut, la Hais-Project (Human Adaptability In Situ Project) est en cours de création pour chapeauter ces travaux. A voir ici : HAIS-PROJECT.

Un certains nombres de résultats ont déjà été mis en évidence, comme les capacités de variabilité corticales indispensables,  la difficulté d’apprentissage durant les situations complexes, l’indispensable nécessité du repos corticale, ces temps de détente pour notre cerveau qui ne sont pas forcément dans le sommeil, mais dans le plaisir, …

  Recherche de terrain  
   logo ENS Logo Inserm Logo LNC   Nos prochains travaux poursuivront les études sur les capacités corticales, mais vont également travailler sur le rapport physiologique-cortical (cœur-foie-cerveau) dans les temps de réponses aux situations de crises à court terme, puis à long terme